Lettre ouverte d'Arnaud RIOU à Agnès BUZYN

Publié le 19 Juin 2017

Madame La Ministre de la Santé.

Le droit à se soigner comme on l’entend fait partie des droits fondamentaux de tout être humain. La santé, telle que la définit l’O.M.S dans sa constitution en 1946 n’est pas qu’une absence de maladie ou d’infirmité, mais un état de complet bien être physique, mental et social.

Qu’il s’agisse de l’acupuncture, de l’Ayurvéda, de la médecine tibétaine, toutes les médecines traditionnelles dont certaines ont plus de vingt siècles insistent sur l’équilibre entre le corps et l’esprit, encouragent un mode de vie sain et équilibré, vont dans le sens d’une baisse de médicaments chimiques. Toutes les médecines traditionnelles insistent sur l’importance de soigner le terrain avant tout. Que l’alimentation soit notre seul médicament.

Cet équilibre entre le corps et l’esprit, chacun l’envisage comme il l’entend. Certains consultent un médecin et consomment des médicaments allopathiques au moindre dérangement, d’autres s’intéressent à ces médecines alternatives, moins toxiques et sans effet secondaire. Il n’est pas pour autant nécessaire d’opposer une médecine à une autre. Notre liberté et notre libre arbitre nous permettent justement, en fonction de notre sensibilité, de nos convictions, de nos modes de vie de nous soigner avec la médecine qui nous convient. C’est là notre liberté qui doit rester inaliénable.

A une époque où de plus en plus d’hommes et de femmes s’ouvrent aux médecines alternatives, adoptent des modes de vie, une alimentation saine et de moins en moins chimique votre proposition de rendre obligatoire 11 vaccinations me semble, non seulement altérer ces droits, mais encourager un abandon de la santé aux laboratoires.

Aujourd’hui, nous découvrons le pouvoir de la médecine quantique. De très nombreuses expériences médicales montrent le rôle de la méditation dans la guérison, l’hypnose est utilisée depuis des années au Japon comme moyen d’anesthésie et commence à l’être dans des hôpitaux français. Nous sommes en train de découvrir le rôle de l’esprit dans la guérison permettant ainsi à chacun, en rééquilibrant son mode de vie de se maintenir en meilleure santé.

Rendre une vaccination si lourde obligatoire me semble aller dans le sens d’une dépendance, d'une fragilisation des citoyens et ne nous grandit pas.

La France, avec l’Italie et la Belgique est l’un des seuls pays d’Europe à maintenir la vaccination obligatoire. Daniel Floret, Président du Comité Technique des Vaccinations considérait que la fin des vaccinations obligatoires était inéluctable, notamment parce que les pays qui laissent le choix aux parents ont un taux de couverture vaccinale équivalent au nôtre. La Suède vient de supprimer la vaccination obligatoire du fait de graves problèmes d’effets secondaires et du fait que la vaccination obligatoire viole les droits constitutionnels du citoyen.

De nombreux lieux communs comme « les épidémies ont disparu grâce à la vaccination » « vacciner un enfant, c’est le protéger » « les accidents vaccinaux sont exceptionnels » sont remis en question par de nombreux chercheurs, médecins, experts, tels que Sylvie Simon, Docteur André Banos, Docteur Marc Vercoutere, Docteur Eric Ancelet, Professeur Henri Joyeux, pour n’en citer que quelques uns. Une large consultation sur le sujet de la vaccination me semblerait aller plus dans le sens d’une approche démocratique de la santé.

Aujourd’hui 40 % des français sont en méfiance par rapport à la vaccination, ils n’étaient que 10 % il y a quelques années. Les derniers scandales sanitaires, les intérêts révélés des laboratoires qui déclarent cette année plus de 50 milliards d’euros de chiffre d’affaire ont renforcé cette défiance. Le fait que vous ayez déclaré avoir été rémunérée directement par différents laboratoires pharmaceutiques entre 2005 et 2011 ne garantit pas les principes d’impartialité et de neutralité qui s’imposent dans ce type de décision et pourraient faire croître ce chiffre.

Si nous souhaitons prendre soin de nos enfants, ne serait-il pas plus urgent de réviser en profondeur nos principes d’alimentation, de limiter la chimie qui fragilisent notre immunité naturelle. De très nombreux édulcorants, tels que le benzoate de sodium, les colorants artificiels, le sacralise, autant d’ingrédients chimiques reconnus toxiques et interdits par plusieurs pays sont consommés tous les jours par nos enfants fragilisant ainsi leur santé. Il me semble indispensable d’ouvrir ce chantier avant tout autre.

Aujourd’hui, on mesure l’état de santé d’un pays à son P.I.B. (Produit Intérieur Brut) Chaque pays cherche à rejoindre le rang des pays les plus riches. Ainsi, paradoxalement plus un pays est malade, plus il consomme de médicaments et plus son P.I.B augmente

Je nous souhaite de retrouver la voie d'une médecine naturelle qui n'impose pas et s'appuie sur le libre arbitre de chacun à se soigner comme il l'entend. Je vous souhaite d'être suffisamment sensible à cette nécessité.

Arnaud RIOU

N.B. Si vous souhaitez diffuser ce texte, merci de le citer en intégralité.

 
 

Rédigé par Les fleurs du Bonheur

Publié dans #OUVERTURE de CONSCIENCE

Repost 0
Commenter cet article